Dominique Lespagnol

Ma démarche

C’est en fouillant dans ma cave que j’ai retrouvé ma première œuvre de broderie : un mouchoir brodé. Puis, dès le C.E.1, la broderie fit partie intégrante de ma scolarité. Il faut avouer que je n’étais pas emballée par l’activité. J'ai donc abandonné cette activité, par rébellion. C’est la plume, comme une aiguille fine, vibrante et acérée, qui sait aller jusqu’où ça fait mal, qui m’a permis de finaliser ce cheminement et de sortir de ma bulle.

Les répercussions et conséquences sur ma personnalité de l’apprentissage de la broderie ne sont pas anodines. C'est une personnalité entière qui est ébranlée, une remise en cause totale qui s'opère. La broderie va me donner les moyens d’une introspection puisqu’elle est une manière d’exprimer des idées, des sensations.

Ainsi, débutait une aventure captivante sur un tissu blanc avec un dessin imprimé en noir, une aiguille qui pique le doigt, un métier à broder, pour une activité des plus discrètes et silencieuses, des fils de cotons de couleurs etc. Car commencer à broder, c'est se hasarder réellement. L'aiguille voyage à travers la toile, l'esprit vagabonde, les couleurs changent, le paysage se précise petit à petit. Et le temps devient tout autre. C’est le temps brodé dans lequel les émotions ne sont pas agitées. D’ailleurs, on brode comme on vit, avec plus ou moins de sérieux ou de fantaisie.

Le plaisir commence dès que l'on choisit ses outils, les couleurs, les motifs. C'est là que réside le pouvoir obsessionnel de la broderie. C’est un défi de montrer, à l’heure de la vitesse et de la grande série, du virtuel et de l’éphémère, la pérennité d’un tel jeu de patience.

Toutes mes œuvres sont donc des modèles uniques. Faites à la main, à l’aiguille ou au crochet, elles sont travaillées pour une nouvelle forme d’expression artistique liant des matières nobles et recyclées. Les thèmes abordés sont divers : la mer, les oiseaux, les femmes dans le monde, l’histoire etc…

C’est une lecture particulière de la broderie d'art au travers de son histoire mais aussi de ses adaptations incontournables grâce au recyclage ou à la combinatoire des matières.

La base est un assemblage de matières organiques et synthétiques : (dentelles, cuir, fourrure, soies, plumes...), mais aussi des perles variées, cristaux de Swarovski, rubans, pierres semi-précieuses, fragments de bijoux anciens, des matériaux divers (fils de soie, perles, sequins rubans, paillettes), des plus rares (fil d’or, feuille d’or, cannetille, lame), au plus « toc » (verroterie, clinquants) ou aux plus inattendus (bijoux cassés, boutons, raphia, métal, bois, coques diverses, liège…).

La réalisation de chaque œuvre demande plusieurs semaines et beaucoup d’efforts et de concentration pour la conception, le design, le choix des couleurs, la broderie et le montage. Chaque pièce est donc unique.

La plupart sont des « récupérations ». C’est une manière pédagogique d’aborder le sujet du recyclage et de l’élargir aux problèmes de l’environnement en général. Tous les points sont permis, des points minutieux comme le point de Beauvais ( ), en passant par le point de tapisserie ou le point de feston par exemple.

C’est une invitation à l'aventure : la découverte de l’entrelacement de fils, du mariage des couleurs et des textures, de la création de motifs personnels, de l’appropriation de matériaux nobles les plus surprenants. Bref, un voyage dans un monde féerique de l’artistique et de la broderie d’Art.

L’art se fait ici à partir d’objets, de fragments d’œuvres ou de codes sociaux existants. Ce sont des morceaux d’objets empruntés et détachés de leurs socles qui sont recyclés, c'est-à-dire introduits ou réintroduits dans le cycle de l’art.

Cette démarche artistique est alors autant intellectuelle que manuelle. Les broderies sont des défis, des impertinences esthétiques, contemporaines ou décalées, l'audace ne se contente jamais de peu. Mes œuvres caractérisent un esprit et la capacité à tourner le dos aux idées reçues pour innover résolument, bien loin du classique ouvrage de dame.